Combattre la fatigue de l’hiver
2 octobre, 2007 @ 1:09 Kes kon mange,Vrac

 

Avec l’hiver, nos besoins en nutriments vitaux augmentent.
Des jours plus courts, une température plus basse, une moindre luminosité changent nos biorythmes et notre organisme peine à s’adapter. Résultat, la fatigue s’installe.

 

Pour contrôler la fatigue, il nous faut un « coup de fouet » procuré par des vitamines, minéraux, oligoéléments, acides aminés, acides gras essentiels et autres stimulants parmi lesquels les plantes ont une place de choix. Certaines sont capables de relever le niveau de l’immunité naturelle. Il ne faut pas les négliger.

 

Le coup de fouet évoqué ne suppose pas le recours à des excitants mais à des stimulants qui sauront apporter au corps les éléments vitaux dont il a besoin pour fonctionner à plein rendement. On les trouve dans le commerce sous forme de compléments nutritionnels que l’on choisira de la meilleure origine et préparés de la manière la plus naturelle.

 

 

 

 

01.jpg

 

 

 

La gelée royale
Riche en vitamine B5, elle est indiquée à tout âge ; les enfants, les personnes âgées et celles qui supportent mal l’hiver en tireront le plus grand bénéfice. Elle redonne du tonus et favorise la défense contre les maladies infectieuses.
On la prend en mélange avec du miel au moins pendant 20 jours.
Dans les produits de la ruche, on peut aussi penser au pollen, plein de vitamines, d’acides aminés et de minéraux (bien « mâcher » les pelotes de pollen) et à la propolis. L’un et l’autre donnent du tonus et augmentent la résistance du corps en renforçant ses défenses. Attention cependant, les personnes allergiques au pollen doivent être prudentes.

 

 

 

Le ginseng
C’est un tonique général de premier ordre qui active les échanges et aussi une plante dite « adaptogène » c’est-à-dire qu’elle aide l’organisme à s’adapter et à surmonter les stress et les agressions organiques de toutes
espèces. Son domaine d’action est vaste : c’est un stimulant général, intellectuel, cardiaque, nerveux, pulmonaire, sexuel…, un dépuratif, un stomachique (facilite la digestion gastrique) et un fébrifuge (anti-fièvre). On peut le prendre en gélules ou en préparations liquides : teinture-mère ou extrait fluide glycériné miellé.
Un cousin russe du ginseng, l’éleuthérocoque jouit des mêmes propriétés… mais il est moins célèbre. On peut l’utiliser de la même manière

 

 

 

La vitamine C
Championne tous azimuts de la nutrithérapie, la vitamine C stimule la vitalité, protège contre les infections diverses et tonifie la circulation dans les veines et les capillaires.
Il est préférable de choisir une vitamine C naturelle. On en trouve par exemple sous forme de comprimés à croquer, dosés à 250 mg, associant acérola et cassis pour dynamiser sans exciter.

 

 

 

La spiruline de Cuba
Cette micro-algue bleue d’eau douce, 100% naturelle, est un fortifiant général. Elle nourrit l’organisme, l’équilibre et le stimule sans engendrer le moindre déchet. Aussi utile à l’enfant qu’à la personne âgée ou au sportif, elle renforce le terrain et convient dans toutes les sortes de fatigue : physique, intellectuelle, nerveuse. Prise dans le cadre d’un régime amincissant, elle évite la fatigue réactionnelle au processus d’élimination.

 

Les algues marines
En extraits concentrés, elles sont remarquablement bio-disponibles après élimination de la partie inerte de l’algue et grâce à des techniques d’extraction permettant d’isoler la totalité des substances actives sans les dénaturer.
Selon les algues utilisées, il est possible d’axer la stimulation sur telle ou telle fonction: tonification, reminéralisation, protection cellulaire, amincissement sans fatigue, etc.

 

 

 

L’ail
L’ail est le plus ancien et le plus réputé des grands remèdes naturels. Aujourd’hui, ses propriétés thérapeutiques sont largement confirmées par l’analyse de ses composants. Galien ou Paracelse disaient : « L’ail est la thériaque des paysans »; c’est-à-dire qu’il est « l’aliment-remède parfait » capable de traiter tous les maux. Tonique général, préventif des affections cardiovasculaires, anti-infectieux, fluidifiant du sang, vermifuge… la liste est longue. Une récente étude chinoise montre que le risque de mourir d’un cancer est réduit par deux chez les consommateurs de 20 g d’ail par jour ! Son seul inconvénient, c’est l’odeur qui émane de la peau et de l’haleine des consommateurs -aussi, si l’on craint cet effet désagréable, le prendre sous forme de gélules ou de comprimés désodorisés- mais c’est moins bon qu’en salade avec lardons et croûtons !

 

 

LES STIMULANTS CLASSIQUES

Efficaces et sans danger, ceux qui viennent spontanément à l’esprit sont le ginseng, la gelée royale et la vitamine C. Ils sont en effet incontournables et peuvent être relayés par d’autres pour relancer le processus anti-fatigue.

 

 

LES PLANTES RÉCEMMENT ENTREES DANS NOTRE PHARMACOPEE

 

Le guarana
D’utilisation relativement récente en Europe, le guarana qui nous vient d’Amazonie est connu des indiens Guaranis depuis le XVIIe siècle. C’est la plante au monde la plus riche en caféine (4,5 g pour 100 g) mais -et c’est ce qui change tout- elle contient également une grande quantité de tanins (jusqu’à 10 g pour 100 g). Ceux-ci permettent à la caféine de se libérer plus lentement dans l’organisme tout en rendant ses effets plus durables sans susciter l’état de surexcitation souvent constaté chez les buveurs de café.
Le guarana présente donc un grand intérêt en tant que stimulant de l’activité physique et intellectuelle. Précieux en
période d’examen ou de surcharge de travail, il donne aussi un coup de fouet naturel aux sportifs à l’approche d’une compétition.
Dans un autre ordre d’action, le guarana, par sa caféine, permet de brûler et d’éliminer les graisses, d’autant que les oligoéléments et les vitamines qu’il renferme lui permettent de diminuer la sensation de faim. Citons aussi son action positive sur la baisse de forme et de moral qui accompagne le régime. On peut l’utiliser en gélules ou en boisson.

 

 

 

Le maté
Boisson nationale dans une bonne partie de l’Amérique du sud, le maté est préparé à partir des feuilles et des branches sèches d’un arbre (Ilex paraguarensis).
Les indiens Guaranis (encore eux !) utilisaient déjà la « Yerba mate » pour son bon goût et pour ses vertus qui leur donnaient une plus grande résistance aux efforts et le pouvoir de calmer la faim et la soif.
Le maté est un stimulant sans effets secondaires ni toxicité. Il contient de grandes quantités de vitamines et de minéraux. Son principe actif original, la matéine, tout en étant un stimulant puissant ne produit pas d’agitation nerveuse. Au contraire, elle stimule et équilibre le système nerveux central et n’induit pas de dépendance. Ainsi le maté serait particulièrement indiqué en cas de fatigue nerveuse, d’anxiété et de dépression.
Signalons enfin ses effets sur le poids qui sont les mêmes que ceux du guarana.

 

 

 

Le schisandra (Schisandra chinensis, de la famille des magnoliacées)
Excellent fortifiant, le schisandra est une des principales plantes toniques chinoises. Très efficace en période de stress, il redonne de l’énergie. Les baies tonifient les reins et les organes sexuels, protègent le foie, renforcent le système nerveux et purifient le sang.
En chinois, il signifie « cinq plantes parfumées » car il rappelle la saveur des cinq énergies élémentaires. L’étendue de ses effets toniques, peut le faire considérer comme un stimulant de l’immunité de l’individu.
Dans ce rapide tour d’horizon des plantes capables de vous aider à contrôler les fatigues de l’hiver, voilà celles considérées comme les plus performantes ou les plus originales.
Il serait injuste de ne pas citer aussi quelques plantes tonifiantes de la tradition phytothérapique : la sauge, le thym, le romarin, l’origan, la cannelle, la girofle…
Utilisées en huiles essentielles, à raison de 4 à 6 gouttes par jour ou bien en extraits hydro-
alcooliques, seules ou en association, elles aussi sont capables de vous redonner la pêche.

 

 

LES PLANTES QUI REVEILLENT LE SYSTEME IMMUNITAIRE

 

Certaines plantes de la pharmacopée européenne ou étrangère sont renommées pour leur potentiel de stimulation de notre immunité naturelle. Leur effet est un effet de « terrain ». Il est difficile de définir si une plante appartient plutôt à la classe des stimulantes qu’à celle des tonifiantes de l’immunité. Choisissez l’une ou l’autre en fonction des propriétés individuelles qui lui sont attribuées.

-arumbaz
rss pas de réponses

Laisser un commentaire

BLOG VERT ET ROUGE |
Blog Warhammer |
Mon tch'ot Blog ! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Psychologie
| Nature que Dieu à créer
| petit mulot